L’injection de pixels directement en intraveineuse. Sous l’épiderme, l’aiguille pénètre la chair et le piston de la seringue envoie la rose. Mécanique. La stratégie se déploie derrière les artères. Clinique. C’est l’unité en thrombose.
Les pixels dans la peau, dansent jusqu’à la surdose. Qui dure, qui dure… Rouge, vert, bleu, tape la commissure.

« Le pixel est mort
Vive le pixel ! »

Le Jingle #2 : Intraveineuse

Réalisé par Sylvain Chatelain et Nicolas Paoletti
Avec Valentin Bénito
Musique de Frank Ambühl
Durée : 0’27 minute
Langue : Français (textes uniquement)

Photo Jingle 2 Intraveineuse 6 h4a.fr

La tradition des jingles Haaaa

Oui, « le Jingle #2« , car il y a un #1 et il y aura un #3. Pour le reste, on verra la vie. Il y aura autant de jingles que nécessaire. Ces formats (ultra-)courts sont nés avec Haaaa et ils ne disparaitront pas sans le collectif. Ils sont le fruits de réflexions souvent très anciennes, de rêves d’enfants, de flash d’ado, enfin concrétisés.

Les Jingles sont les terrains de jeu du collectif, ainsi que de formidables domaines d’exploration pour chacun des membres. Ils nous permettent de mettre en œuvre de nouvelles techniques vidéo et de coucher sur la timeline des concepts ambitieux. Quand une idée survient, passer à la pratique est toujours un moment stressant, mais les jingles changent la tension en force créatrice. À chacun d’entre eux se révèle un peu plus l’identité de Haaaa.

Sur Intraveineuse, l’idée avait au moins une demi-douzaine d’année. Le tournage, lui, a pris bien moins de temps. La postproduction, elle, a été marquée par une volonté de concevoir des effets de manière unique. Un soin tout particulier a été apporté aux veines, triturées par de multiples biais, pour aboutir à un rendu original. La musique n’est pas en reste, composée sur un authentique Minimoog des années 70 avec un arpégiateur. Pourvu que ça dure !

©2013 Haaaa